Destiny Fr
Bienvenue Gardien !

Ce forum est le principal lieu de rendez-vous de la communauté fr sur Destiny. Si tu as l'âme d'un aventurier, inscris-toi et rejoins notre communauté qui t’accueillera dans la bonne humeur !

Le staff.

[FANFIC] Akhil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FANFIC] Akhil

Message par Clement Uzumaki le Jeu 29 Mai - 17:38

Bonsoir les Gardiens !

Alors voilà, j'ai toujours apprécié lire et écrire, mais je n'ai jamais eu l'inspiration pour écrire quelque chose de cohérent.
Comme il faut bien débuter quelque part, je me lance dans ma première Fan Fiction, et Destiny est bien évident l'Univers qui m'inspire le plus actuellement! Very Happy 





Chapitre 1. Fuir.

"Oh non… Ils vont les exécuter…"

Cela fait maintenant quatre jours que le chaos nous a envahi. Jusque là, nous avions été miraculeusement épargnés par cette guerre interminable.

Depuis l’invasion de la Terre par les Ténèbres, et le sacrifice du Voyageur pour sauver l’Humanité, une guerre sans merci fait rage dans tout le système solaire. Les « Déchus » ont pour objectif de nous éradiquer tous jusqu’au dernier, Humains, Awokens, Exos. La plupart des survivant a trouvé refuge sous la protection du Voyageur, dans la Cité, dernier grand bastion de nos civilisations.

Certains villages isolés ont pourtant échappé à toute cette destruction pendant des siècles, vivant en autarcie, coupés du monde.
C’était notre cas, nous vivions dans une petite communauté, dans une ville souterraine au cœur des plus hautes montagnes de ce monde, ancienne capitale d’une civilisation prospère. Devenue insalubre et pauvre à force d’isolement, de manque de ressources et de progrès technologiques.
Pendant des centaines d’années, notre communauté a survécu, refusant de se joindre à cette guerre qui ne nous atteignait pas et qui nous conduirait inéluctablement à la mort.

Les Exos ayant fait leur apparition dans les grandes civilisations, ils étaient pour ainsi dire absents de notre communauté. Seuls 2 d’entres eux s’étaient retrouvés par hasard parmi nous. Pas très causants. Ils sont arrivés un matin, et ne sont jamais repartis, ayant trouvé un coin de paix dans cet univers en guerre.

Pour ma part, je suis un Awoken. Je me nome Akhil. Mon Père m’a enseigné la guérison, la chirurgie, l’art noble de la médecine. Ma mère est morte lors de ma prime enfance. Mon grand frère, Râhi, est le responsable des défenses de la ville. Défenses qui se résument à une cinquantaine de guerriers, qui se relaient pour surveiller la surface. De nature belliqueuse, Râhi a toujours eu pour rêve de devenir un Gardien, de rejoindre la Cité pour participer à la guerre, mais il n’abandonnerait jamais sa ville et sa famille. Il reste là et nous protège.
Il m’a enseigné les arts du tir, des différents arts martiaux pratiqués chez nous, du maniement du sabre. Bien que j’ai toujours montré un certain talents dans ces domaines, j’ai choisi de me consacrer à la Médecine plutôt qu’au combat, et ce malgré les nombreuses tentatives de mon frère pour m’enrôler.

Tout se passait si bien pour nous que nous en étions arrivés à oublier qu’une Guerre était en cours depuis des siècles.
Jusqu’à la semaine dernière. Un de nos éclaireurs est revenu blessé de la surface, le corps sans vie de son équipier sur l‘épaule. Il nous a raconté qu’ils étaient tombés sur deux Déchus sur le flan de la montagne. Un combat a éclaté, ils ont réussi à tuer les deux Déchus, mais ont tous les deux été blessés. Son coéquipier est mort sur le chemin du retour. Ils ont aperçu en cours de route une dizaine de vaisseaux qui tournaient dans nos Montagnes et débarquaient des troupes.

C’était alors clair, ils avaient repéré notre présence dans le secteur, et se lançaient à notre recherche pour nous tuer.

Nos dirigeants prirent la décision de condamner les accès à la ville et d’attendre que les Déchus quittent la région, bredouilles. Cela aurait pu se dérouler ainsi… Seulement, il y a de ça cinq jour, un groupe de déchus à repéré une de nos entrées scellées. Il leur a fallu près de vingt heures pour parvenir à ouvrir cette porte rocheuse. Vingt heures qui ont semé la panique dans nos rangs, vingt heures qui ont permis au Déchus de rassembler les leurs. Quand ils sont entrés, une trentaine de nos guerriers a tenté de les retenir. Ils ont réussi à gagner quelques minutes, minutes précieuses qui nous ont donné le temps de fuir par les autres issues de la ville, sur le flan Nord de la Montagne, par petits groupes, chacun dirigé par un de nos plus forts guerriers.

Chaque groupe devait tout faire pour rejoindre la Cité, seul endroit que nous connaissions où nous avions une chance de trouver refuge. Cinq cents kilomètres nous en séparaient.

Je me suis retrouvé dans un groupe d’une trentaine de personnes, des artisans de la ville pour la plupart. Nous étions dirigés par Râhi. Les deux Exos de la ville, ainsi que Giri et Misha, mes amis d’enfance, se trouvaient parmi nous.

Nous avons été séparés des deux autres groupes qui sont sortis par la même issue dès les premiers kilomètres de fuite, estimant que nous aurions plus de chance d’échapper aux Déchus en se séparant et en empruntant des chemins différents.

Trois jours nous avons fui. Trois jours à courir à couvert des grands arbres sur les flans montagneux, à s’abriter dans des grottes la journée, à courir la nuit, trois jours sans dormir. La plupart des nôtres n’en pouvaient plus, et suppliaient que l’ont se repose. Nous ne pouvions pas nous le permettre. Après trois jours de fuite, nous avons enfin atteint le pied de la montagne, et la première trace de civilisation. Un village en ruine. Face aux supplications de nos membres exténués, Râhi a accepté que l’on s’y abrite le temps de se reposer et de reprendre des forces.

Nous avons donc choisi un bâtiment qui semblait tenir encore debout, et nous sommes cachés dedans. Tout le monde s’est endormi rapidement, la fatigue l’emportant sur l’angoisse qui nous envahissait tous. Seuls sont restés éveillés Râhi, les deux Exos, et Giri. Ils se sont placés aux différentes entrées du bâtiment afin de surveiller l’extérieur.

C’est au beau milieu de la nuit, je serais incapable de dire quelle heure il était, que Giri nous a réveillé les uns après les autres, en silence. Un fois tout le monde éveillé, Râhi nous a annoncé qu’un groupe de Déchus approchait du village, un vaisseau les ayant déposés à quelques centaines de mètres. La panique s’est rapidement installée dans le groupe. Râhi a tenté de calmer tout le monde.

"Il va falloir vous cacher. Dispersez-vous dans les ruines du village et dans les bois autour, trouver vous des cachettes, et restez-y. Nous allons, avec les deux Exos, les attirer vers l’Ouest. Attendez qu’ils nous aient suivi assez loin, et rejoignez la rivière à l’Est, suivez là vers le Sud et regroupez vous au village suivant. Ensuite, faites tout votre possible pour survivre et rejoindre la Cité."

Les Exos se sont avancés, et l’un d’eux a exposé leur opposition à ce plan.

"Ils auront besoin de toi pour arriver à la Cité, Râhi. Nous allons nous occuper de la diversion sans toi. Nous sommes des Exos, nous ne connaissons pas la fatigue, nous pourrons donc les attirer sur nos traces sur une bonne distance avant qu‘ils ne nous rattrape. Ils sont tout au plus une quinzaine, nous n’aurons pas de mal à leur échapper au moment voulu."

Après quelques protestations de Râhi, il a admis que leur plan était le plus censé, et c’est ainsi que nous nous sommes séparés par binômes pour nous cacher. Je me suis retrouvé avec Giri. J’ai vu Misha partir avec Râhi. Nous avons trouvé refuge dans une petite cave dont l’entrée était obstruée par des tôles. L’attente dans le silence nous a parue interminable. Enfin, nous les avons entendus. Leur chef leur criait des ordres que nous étions bien incapables de comprendre. Nous avons entendu des coups de feu, la voix lointaine de nos Exos qui les attiraient vers l’extérieur du village. Les cris perçants d’une femme, qui n’avais pas eu le temps de trouver une cachette satisfaisante. Les bruits qui ont suivi nous ont clairement fait comprendre que les Déchus n’auraient pas de pitié envers leurs prisonniers, puis que d’autres ont étés attrapés.

Finalement, les bruits se sont faits de plus en plus faibles, lointains, jusqu’à disparaitre. Nous avons attendu encore un peu, puis nous sommes discrètement sortis pour voir ce qu’il en était. Le village semblait désert. Nous avons essayé de trouver les autres, mais nous n’avons pu trouver que trois des nôtres. Trois vivants. Cinq cadavres jonchaient le sol, dans la boue. Nous n’avions pas le temps de leur offrir une sépulture correcte, les Déchus pouvant revenir à tout moment.

Nous avons donc pris la fuite, tous les cinq, pensant que les autres étaient déjà partis vers la rivière. Lorsque nous l’avons atteinte, nous avons retrouvé deux autres de nos compagnons. Ensemble nous avons donc longé la rivière pendant des heures, la journée touchait à sa fin lorsque nous avons aperçu le village que nous devions rejoindre.

Pensant retrouver les autres là bas, nous nous sommes approchés du village. En approchant, nous avons entendu des cris. Nous nous sommes donc cachés dans les hautes herbes pour nous approcher discrètement et voir ce qu’il se passait.
Au milieu de la rue Principale du village, se tenait un groupe de Déchus, une vingtaine à première vue. Leur Capitaine était debout sur le toit d’un petit bâtiment, leur faisant face. Il était atroce, marqué par les cicatrices de nombreuses batailles. Il parlait à ses subordonnés d’une voix forte. Nous n’avons pas compris ce qu’il disait.

Puis il s’est mis à parler notre langue. Il ne s’adressait plus à ses subordonnés, mais à un groupe d’humains qui se trouvaient à genoux entre les Déchus, et que nous n’avions pas remarqué jusque là. Parmi eux se trouvaient les nôtres. Râhi, Misha, les deux Exos qui avaient fait diversion. Tous les autres. Trois étaient allongés par terre, probablement déjà morts. Les survivants étaient une quinzaine, de notre groupe et d’un autre.

"Pauvres insectes. Vous avez tenté de nous échapper. Comme c’est futile. Nous allons éradiquer vos espèces insignifiantes qui ont osé nous défier. Mais vous nous avez diverti. Vous nous avez offert une belle partie de chasse. Si vous nous dites où sont les autres fugitifs qui étaient avec vous, et où ils comptent se rendre, peut-être que je consentirai à garder quelques uns d’entre vous comme esclaves. Et que j’offrirai aux autres une mort rapide et sans souffrance. Dans le cas contraire…"

Râhi a tenté de se lever pour faire face à ce Capitaine, mais un des Déchus lui a administré un coup de crosse, qui l’a envoyé mordre la poussière dans un gémissement de douleur.
Le Capitaine a fait un signe, et les Déchus ont aligné leurs prisonniers à genoux, face à lui, et ont pointé une arme sur la tête de chacun.

"Oh non… Ils vont les exécuter …"

Giri vient de réaliser. Nous venons tous de réaliser. Il faut que nous fassions quelque chose, nous ne pouvons pas laisser nos amis se faire massacrer devant nous. Mais nous sommes impuissants, sans armes face à des guerriers Déchus entrainés et équipés. Et nous ne sommes que sept.

"Insecte, comment oses-tu te lever devant moi? Tu m’as mis de mauvaise humeur. Tuez les."

Quinze coups de feu qui résonnent comme un seul. Quinze corps inanimés qui s’effondrent. Le temps semble être ralenti, je vois le corps de Râhi, celui de Misha, tomber lentement sans vie. Je refuse d’y croire. Je ne peux plus bouger, je ne peux plus réagir, ni réfléchir. Giri tremble de rage et de tristesse à coté de moi. Nos cinq compagnons sanglotent, pleurent, vomissent, s’évanouissent. Giri reprend ses esprits plus vite que nous autres.

"Les Déchus ne vont pas rester immobiles longtemps, ils vont se remettre à notre recherche. Nous devons partir. Nous prendront le temps de les pleurer plus tard. Akhil, reprends toi, on a besoin de toi pour nous guider au Voyageur et à la Cité, mon vieux. Toi seul parmi nous sais où ils se trouvent."

Je ne réagis toujours pas. Je perds connaissance.

Fin du Chapitre 1



Voilà voilà, merci bien d'avoir lu ! Very Happy 

Je suis ouvert à toute remarque, toute critique. Si ça vous a plu, je pense écrire la suite prochainement, en tenant compte de vos avis, conseils, recommandations, critiques. Smile 

Bonne soirée amis Gardiens!



Edit: Voici (déjà!) le chapitre 2. Puisse-t-il vous plaire !

Chapitre 2. Survivre.



"Akhil, réveille toi."

Suite à l’exécution de mon frère et de nos amis, je suis resté inconscient pendant près de 48h. À mon réveil, j’ai refusé de croire ce que Giri m’a raconté, j’étais persuadé que c’était un cauchemar. Et puis tout m’est revenu. Des six qui étaient avec moi au moment de l’exécution, il n’en restait plus que quatre. Giri m’a expliqué que Dakshi et Paresh, les jumeaux, avaient vu leur petite sœur exécutée parmi nos amis, qu’ils avaient craqué et foncé droit sur l’ennemi dans un élan de rage. Cela leur avait couté la vie, sans apporter la moindre trace de vengeance.

Les autres étaient restés cachés, avec mon corps inconscient, jusqu’à ce que les déchus soient partis. Une fois surs que le danger était écarté, ils se sont attelés aux obsèques de nos proches.

Ne sachant où aller par la suite, ils ont trouvé refuge dans l’hôtel abandonné du village, attendant mon réveil. Ils se sont installé dans deux des chambres, les seules encore en état.

Lorsque je suis revenu à moi, Giri m’a conduit sur le cimetière improvisé qu’ils avaient aménagé à l’arrière de l’hôtel, afin que je puisse me recueillir sur la tombe de Râhi, ainsi que sur celle de Misha, que j’avais aimé toute ma vie, aussi loin que remontent mes souvenirs, sans jamais osé lui en parler.

Je suis resté là, seul, silencieux, pendant un long moment. Je ne saurais pas dire combien de temps. Je pensais à tout ce que je n’avais jamais dit à ces êtres chers. Giri m’a apporté une ration. Je n’y ai pas touché.

Au bout d’un moment, j’ai réalisé que Râhi n’aurait pas voulu que je reste ici sans rien faire, qu’il aurait voulu que j’aille de l’avant, et que je conduise les survivants en sécurité. Il n’y avait qu’un endroit sur cette planète où ils seraient en sécurité. J’ai donc fait mes adieux à mon frère, à mon amie, tous deux perdus, tous deux dans mon cœur à jamais.

Je suis retourné dans l’hôtel, où j’ai pris conscience de qui étaient mes compagnons d’infortune. Il a été clair à leurs regards que mon retour parmi les conscients était une source d’espoir pour chacun d’entre eux.

Cinq jours plus tard, me voilà à la tête de ce groupe atypique. Nous étions cinq.

Moi, Akhil, chef désigné à l’unanimité, le seul du groupe à connaître l’emplacement du dernier refuge de notre monde. J’avais estimé notre position, et calculé le trajet le plus court et le plus prudent pour atteindre notre objectif, défini un rôle à chaque membre du groupe, et pris la tête de notre périple.

Esha, une humaine, qui était institutrice dans notre village. Elle était chargée du rationnement. En fonction de ce que nous trouvions comme nourriture, elle la partageait en petits paquets pour chacun de nous et pour plusieurs repas, afin que nous ayons de quoi nous restaurer tout en gardant des réserves en prévisions de repas à venir.

Le plus jeune d’entre nous, Tarun, âgé de seulement quinze ans, qui s’était découvert un certain talent pour la chasse, avec un arc fabriqué le deuxième jour de notre voyage, qui se donnait beaucoup de mal pour que nous ayons de la viande à nous mettre sous la dent. Chaque fois que nous faisions une pause, il partait une heure ou deux et nous ramenait du gibier, lapin, écureuil, oiseaux de toutes sortes…

Nidra, jeune Évéillée, qui était infirmière et assistante de mon père, se chargeait pour sa part de nous trouver des baies et fruits comestibles. Jusque là, nous nous en sortions plutôt bien avec ce qu’ils nous trouvaient. Nous avions même quelques réserves. De quoi tenir trois jours, tout au plus.

Enfin, Giri, mon ami d’enfance, fils de l’armurier de notre village. Il avait appris tout le savoir de son père, comme son père du sien avant lui. Il était fort, rapide et habile au combat, ayant souvent suivi avec moi les entraînements de Râhi. Je lui ai confié l’arrière de notre convoi, il s’assurait que les Déchus ne nous suivaient pas de trop près, effaçant nos traces comme il le pouvait, essayant de créer de fausses pistes.

Cinq jours de marche. Nous n’avancions pas aussi vite que je l’aurais souhaité, mais nous nous rapprochions quand même petit à petit de notre but, et, plus important, nous n’avions pas croisé la moindre trace de Déchu depuis notre départ. Les marches étaient longues et assez silencieuses, nous progressions le plus discrètement possible, évitant autant que nous le pouvions d’avancer à découvert. Le soir, lorsque l’on s’arrêtait pour bivouaquer, après que Tarun ait chassé pendant que Nidra cherchait des fruits et que nous autres établissions notre humble camp, nous mangions autour d’un feu en discutant, et en commençant à retrouver un peu de bonne humeur.

Dans notre malheur, nous ne pouvions que nous montrer contents d’être vivants, ensemble, nourris et réchauffés par un bon feu, et rassurés par l’absence de Déchus depuis notre départ. Peut-être avaient-ils arrêté de nous chercher finalement.

C’est le sixième matin que Giri m’a réveillé en chuchotant et en me secouant l’épaule.

"Akhil, réveille toi."

J’ouvrais les yeux pour voir mon ami accroupi à coté de moi, le regard anxieux. Me levant, je voyais nos autres compagnons à peine réveillés rassembler en silence leurs affaires. Ils avaient tous l’air paniqués.

J’interrogeais Giri du regard, et il pointa son doigt en direction du Sud. En regardant par là, je ne vis rien, mais alors que j’allais lui demander de m’expliquer ce qu’il se passait, j’entendis un bruit qui me fit froid dans le dos. Le bruit d’une arme, le bruit que j’avais déjà entendu, lorsque mon frère et les autres avaient été exécutés.

"Ils sont 4, des traqueurs sans doute, me chuchota Giri, si ils repèrent notre piste, ils préviendront leurs potes, et on sera dans une sacrée merde."

Il fallait que je trouve une solution. Si ils nous repéraient, nous n’irions pas bien loin. Deux options s’offraient à nous. Deux mauvaise options.

La première, que l’image de mon frère assassiné m’incitait à suivre, était de tendre un piège à ces traqueurs, et de les tuer avant qu’ils ne puissent prévenir leurs congénères. Mauvaise idée, c’étaient des guerriers entraînés et armés, et nous n’étions que cinq civils armés d’un arc, de quelques couteaux et d’un fusil. Mais la haine que je leur portait à ce moment n’excluait pas l’option de cet affrontement suicidaire.

La deuxième option était de fuir le plus loin d’eux le plus rapidement possible. Mauvaise idée également, car fuir vite signifiait faire du bruit, et laisser des traces. L’alternative aurait été que l’un de nous leur serve d’appât pour donner le temps aux autres de fuir plus discrètement. Mais il était tout simplement hors de question que j’envisage de sacrifier une vie humaine de plus. Surtout pas une de ces cinq vies. Nous étions des survivants ensemble, nous étions amis, et nous avions besoin les uns des autres pour atteindre la Cité.

Que faire? Nous perdions du temps pendant que je réfléchissais, du temps précieux. Les traqueurs se rapprochaient. La fuite était notre seule petite chance de nous en sortir, c’était une évidence. Ils ne nous avaient pas encore repérés. Si nous arrivions à atteindre et traverser un cours d’eau avant qu’ils ne remarquent nos traces, nous aurions une chance de les semer. Je fis donc signe aux autres que nous partions vers le Nord, en espérant qu’une rivière croiserait notre route rapidement.

Nous avons couru aussi légèrement et discrètement que possible pendant une bonne heure, nous n’entendions plus les Déchus derrière nous, mais nous savions qu’ils ne devaient pas être loin. Surement avaient-ils déjà trouvé les restes encore fumants de notre feu de la veille. Ils ne mettraient pas longtemps à nous rattraper s’ils se lançaient à notre poursuite, Esha ne pouvant pas continuer à courir ainsi bien longtemps.

Nous nous sommes arrêtés pour reprendre notre souffle et boire un peu d’eau. Il ne fallait pas traîner, mais nous épuiser en forçant trop ne nous apporterait rien de bon. Alors que nous allions repartir, les buissons derrière nous se mirent à bouger, et, alors que nous nous retournions tous en même temps pour voir ce qu’il s’y passait, un des Déchus qui nous traquaient en sortit, et ses comparses arrivèrent par les côtés, nous encerclant.

Ils nous mirent brutalement à genoux, nous menaçant avec leurs armes. Résister n’aurait servi à rien, ils nous auraient exterminés comme des insectes.

J’avais échoué. Je n’avais pu sauver ni mon père, ni mon frère. Et maintenant, les dernières personnes encore en vie que je connaissais, je ne pouvais pas les sauver non plus. J’étais trop faible, trop inutile. Je laissais couler une larme de rage, je me détestais à ce moment là.

Le chef du groupe de Déchus contactait ses supérieurs, certainement pour leur demander quoi faire de nous. La réponse, je la connaissais avant qu’il ne l’ait. Ils allaient nous exécuter, ici même, dans la boue, comme des rats.

Et c’est effectivement ce qu’ils s’apprêtaient à faire, leurs fusils appuyés sur nos nuques…
Les yeux fermés, attendant la mort, plein de regrets, j’ai entendu des tirs, quatre tirs, en moins de deux secondes, et le bruit de quatre corps qui heurtaient le sol. Ils avaient abattu mes quatre compagnons, me laissant seul encore en vie? Pourquoi m’infliger ça? J’ouvrais les yeux en larmes, pour découvrir mes compagnons encore à genoux, encore en vie, regardant devant eux sans oser se retourner. Et derrière eux, les corps inanimés des quatre traqueurs.

"Les gars, ils sont morts…"

Mes compagnons se tournèrent lentement, n’y croyant pas. Je n’y croyais pas non plus, à vrai dire.

"Qu’est-ce qui s’est passé…?"

Je ne savais pas si il fallait se réjouir d’être encore en vie ou s’inquiéter de savoir qui ou quoi avait tué ces Déchus, et alors que je pensais à ça, je sentis une main se poser sur mon épaule. Une sueur froide traversa mon dos. Je me retournais lentement pour voir à qui nous avions à faire, et je fus surpris de me retrouver face à un Exo, qui me tendis la main pour m’aider à me relever. Une dizaine de personnes en armes et armures, Hommes, Exos et Éveillés nous entourèrent et nous aidaient à nous relever, nous tendant une main aussi chaleureuse que leur sourire.

"Essaie à nouveau de contacter la Cité, dit celui qui semblait être le chef du groupe. Dis leur qu’on a trouvé des civils survivants, et qu’on les ramène en ville. À pied, vu que ces enfoirés ont bousillé mon vaisseau. On sera sur place dans 10 jours, si on ne croise pas de présence hostile, et si on ne trouve pas de véhicule pour accélérer la cadence."

Fin du chapitre 2


Dernière édition par Clement Uzumaki le Sam 23 Aoû - 22:40, édité 3 fois
avatar
Clement Uzumaki
Amissio
Amissio

GamerTag : Clement Uzumaki
Console : Xbox One
Messages : 227
Date d'inscription : 09/05/2014
Âge : 24
Réputation : 13
Classe : Arcaniste
Race : Éveillé
Faction : Osiris
Talent : Assassin silencieux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Arkaniumis le Lun 16 Juin - 10:16

Je viens de lire ton premier chapitre et globalement il envoi quand même du lourd !
J'aime bien le côté village utopique, vraiment éloigné de la guerre mais qui au final se retrouve rattrapé par les évènements. Surtout que c'est assez intéressant de débuter en dehors de la cité, c'est une approche sympa à développer, un peu du genre les paysans qui vont arriver en ville pour la première fois et qui vont être émerveillé (ou pas, c'est toi qui le décidera ça ^^).

Je trouve aussi que tu as bien mis en scène ce moment sombre, où les survivants sont conscients que leur vie ne tient plus qu'à un fil, que chaque instant devient de plus en plus dur, la fuite, la mort, le décès de ses proches et la perte d'espoir. Ça peux marquer les protagonistes et rendre leur personnalité plus intéressante à suivre.

Concernant le texte en lui même, c'est agréable à lire car c'est vachement aéré, je n'ai pas spécialement regardé l’orthographe mais rien ne m'as sautillé aux yeux et le texte est justifié  I love you 

J'attend avec impatience la suite ! (Je me demande néanmoins où tu es allé chercher l'idée du médecin  :3).

___________________________


« Arkaniumis » vient du grec arkânos qui signifie « vert » ou du latin arcanus, qui a donné « arcane », qui veut dire « caché, secret » (et du japonais umi, 海, qui veut dire « mer ») dixit Kagami
Je suis la mer verte secrète, craignez moi !
avatar
Arkaniumis
Carcer
Carcer

GamerTag : Arkalison
Console : Xbox One
Messages : 355
Date d'inscription : 30/11/2013
Âge : 21
Réputation : 24
Classe : Arcaniste
Race : Éveillé
Faction : Astre Mort
Talent : Je suis spécial !
Domaine favori : FanFictions

Voir le profil de l'utilisateur https://www.google.fr/search?hl=fr&biw=1280&bih=909&

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Clement Uzumaki le Mer 18 Juin - 12:10

Oh j'avais pas vu que t'avais répondu :3

Je t'avoue que j'ai écrit ça en étant très fatigué, et j'en ai été déçu en le relisant à tête reposée. ^^

Mais content que ça t'inspire quelque chose, ce Weekend j'essaierai d'écrire la suite en étant un peu plus réveillé, histoire d'améliorer un peu ça ! Smile

___________________________
avatar
Clement Uzumaki
Amissio
Amissio

GamerTag : Clement Uzumaki
Console : Xbox One
Messages : 227
Date d'inscription : 09/05/2014
Âge : 24
Réputation : 13
Classe : Arcaniste
Race : Éveillé
Faction : Osiris
Talent : Assassin silencieux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Thrawn le Mer 18 Juin - 14:06

Nice fic, j'attends la suite avec impatience Wink 
avatar
Thrawn
Amissio
Amissio

GamerTag : Seigneur Thrawn
Team : Nouvel Espoir
Console : Xbox One
Messages : 283
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 28
Réputation : 6
Classe : Arcaniste
Race : Exo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Clement Uzumaki le Mar 24 Juin - 13:02

Thrawn a écrit:Nice fic, j'attends la suite avec impatience Wink 

Merci Thrawn.

J'ai commencé l'écriture du chapitre 2, mais je ne sais pas si j'aurai le temps de le finir avant de partir à la Réunion demain. Donc soit je poste le chapitre 2 ce soir, soit il sera en attente pour trois semaines. :3

___________________________
avatar
Clement Uzumaki
Amissio
Amissio

GamerTag : Clement Uzumaki
Console : Xbox One
Messages : 227
Date d'inscription : 09/05/2014
Âge : 24
Réputation : 13
Classe : Arcaniste
Race : Éveillé
Faction : Osiris
Talent : Assassin silencieux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Setsua le Mar 24 Juin - 13:18

Je viens de lire ta fanfic et j'aime assez le style, si ce n'est peut être le dialogue qui fait un peu cliché, j'attends de voir la suite Wink
avatar
Setsua
VIP
VIP

GamerTag : LightInDark02
Team : Nouvel Espoir
Console : Xbox One
Messages : 1266
Date d'inscription : 09/05/2014
Âge : 28
Réputation : 52
Classe : Chasseur
Race : Éveillé
Faction : Osiris
Domaine favori : Autres

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Clement Uzumaki le Sam 23 Aoû - 22:03

Edit: Chapitre 2 ajouté ! :3

___________________________
avatar
Clement Uzumaki
Amissio
Amissio

GamerTag : Clement Uzumaki
Console : Xbox One
Messages : 227
Date d'inscription : 09/05/2014
Âge : 24
Réputation : 13
Classe : Arcaniste
Race : Éveillé
Faction : Osiris
Talent : Assassin silencieux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FANFIC] Akhil

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum